La lettre du Spéléo-Club de Paris

N°280 - Décembre 2009

Vendredi 4 décembre 2009, par Spéléoclubdeparis // La lettre

L’homme chauve-souris

L’homme est doté d’un système d’écholocation, certes plus rudimentaire que celui de la chauve-souris, mais que certains aveugles connaissent et utilisent depuis longtemps en émettant des clics avec leur langue et en interprétant l’écho pour se diriger. On peut en voir des démonstrations spectaculaires sur Internet. Ce moyen de déplacement nécessite un entraînement spécialisé. Des scientifiques espagnols se sont penchés sur ce phénomène et tentent de perfectionner la méthode. Dominique Lavaur, l’initiateur de ces extraordinaires Événements obscuricoles, saura certainement nous en dire plus sur cette faculté insoupçonnée des êtres humains.

Protection des grottes et du karst

La Fédération spéléologique européenne (FSE), par l’intermédiaire de son secrétaire, notre ami Olivier Vidal, organise une consultation de tous les spéléos européens afin d’élaborer une Charte européenne sur la protection du milieu souterrain et du karst. L’objectif est d’obtenir un document court en 10 points qui tienne sur une demi page et que tous les spéléos peuvent comprendre et s’approprier. Une première version a été diffusée. En voici une deuxième, qui n’est qu’une correction hâtive effectuée par Jacques Chabert :

Dix propositions pour la protection des grottes et du karst

Sauvegarde, Responsabilité, Respect

Le domaine souterrain, fragile, vulnérable, évolue très lentement En conséquence, la moindre dégradation et la moindre intervention humaine peuvent avoir un impact irréversible. Protéger une cavité, c’est d’abord en connaître et apprécier les valeurs, chacun devant prendre conscience que toute grotte renferme un patrimoine naturel, voire culturel, qu’il nous faut protéger et préserver pour les générations futures. Une façon respectueuse de pratiquer la spéléologie pourrait consister à :

  1. Apprendre à apprécier la beauté naturelle des grottes, leur patrimoine archéologique ou paléontologique.
  2. Ne laisser aucune trace de son passage, aucun déchet.
  3. Utiliser des techniques d’éclairage respectueuses de l’environnement.
  4. Ne pas s’écarter des cheminements établis et ne pas franchir les balisages mis en place.
  5. Visiter les grottes au sein d’un groupe, avec des spéléologues compétents et conscients des nécessités de protection du milieu souterrain.
  6. Ne pas prendre de risques pouvant entraîner des accidents, les secours souterrains nécessitant souvent des mesures d’urgence préjudiciables à l’environnement.
  7. Utiliser des techniques affectant le moins possible l’environnement souterrain.
  8. Privilégier les cheminements sur les sols fermes, notamment lors des travaux de topographie.
  9. Réduire l’impact sur le karst et autres terrains renfermant des cavités. Les grottes, les gouffres et les régions karstiques peuvent aider au développement durable à l’échelle locale.
  10. Participer par les moyens dont vous pouvez disposer à la diffusion des idées sur la protection et la sauvegarde du milieu souterrain et des régions karstiques.

L’Europe spéléologique a besoin de vous. Si vous souhaitez contribuer à ce travail, s’adresser à Jacques Chabert.

Velcro métallique

JPEG - 16.8 ko

Une équipe d’ingénieurs de l’Université technique de Munich en Allemagne a inventé le Metaklett, une fermeture contact constituée de deux rubans métalliques s’apparentant à du Velcro, mais pouvant supporter une charge de 35 tonnes (7 tonnes perpendiculairement). Comme le Velcro, le Metaklett est réutilisable, les deux rubans, épais de 0,2 mm chacun, pouvant être séparés sans outils. Des applications à la spéléologie sont sans doute envisageables, mais le prix de ce Velcro métallique demeurera certainement dissuasif pendant au moins quelque temps.

La femme promise

Un des personnages de ce roman de Jean Rouaud — Prix Goncourt 1990 pour Les champs d’honneur — se croit le fils d’un collaborateur et trouve refuge dans une grotte préhistorique inviolée dont il contemple seul les fresques magnifiques, notamment une biche léchant sa plaie. On retrouve la passion de l’auteur pour l’art des cavernes qu’il avait exprimé dans un précédent livre intitulé Préhistoires. Rouaud a le mérite de replacer la découverte de la grotte de Lascaux dans son contexte politico-historique, celui des premiers mois du régime de Vichy. Ces quelques pages (envoyées par un correspondant anonyme) intéresseront, n’en doutons pas, le lecteur spéléologue.

Cueilleurs de miel

JPEG - 290.3 ko

Sylla de Saint Pierre et Eric Tourneret nous ont informé de la sortie d’un magnifique ouvrage qu’ils viennent de publier et qui présente un panorama mondial de cette aventure ancestrale qui lie l’homme à l’abeille, depuis la cueillette acrobatique du miel qui se pratique toujours dans les vallées reculées de l’Himalaya jusqu’aux toits de Paris où se développe une apiculture urbaine. On se souvient qu’Eric s’était entraîné avec nous au gymnase et sous terre en prévision des photos qu’il aurait à faire sur les falaises des contreforts himalayens. Sylla quant à elle nous a fait part de "l’immense plaisir" qu’elle avait pris à écrire les textes de ce beau livre. Un splendide cadeau de Noël. Eric Tourneret (photographies), Sylla de Saint Pierre (texte), Cueilleurs de miel, 223 pages, édit. Rustica.

On reparle des grottes lunaires

Comme Jacques Chabert l’a fait savoir par ses articles et exposés sur l’exospéléologie, la spéléologie extraterrestre, l’idée d’établir des bases à l’intérieur des tubes de lave lunaires est, selon nos informations, à mettre au crédit de Friedrich Hörz, de la NASA à Houston, qui suggéra cette solution en 1984. Cette idée revient aujourd’hui en force depuis la découverte récente sur le sol de la Lune d’un gouffre — d’au moins 60 m de diamètre pour une profondeur supérieur à 80 m — donnant vraisemblablement accès à une cavité de formation volcanique. Comme bases permanentes, les tubes de lave présenteraient des avantages déterminants : leurs dimensions (jusqu’à 1 km de large), leur température constante (qui pourrait être de l’ordre de -20°C), la protection qu’ils offriraient contre les radiations et les météorites.

Le timbre du mois

JPEG - 284.7 ko

Ce timbre de Noël (1994) nous vient du Sénégal. Le porche de la grotte de la Nativité y donne sur un paysage étrangement montagneux... Le Sénégal n’est pas très riche en grottes. La plus célèbre, celle de Ngor, est située près de la pointe des Almadies, le point le plus à l’ouest du continent, non loin de Dakar. Cette petite cavité creusée dans la falaise au bord de l’océan est un lieu de pèlerinage visité par des milliers de personnes. On connaît également d’autres modestes cavernes près du Parc national du Niokolo Koba, dont la grotte de Sakoto où les chimpanzés vont se mettre au frais pendant les périodes de canicule, comme pour justifier exceptionnellement le nom scientifique qu’on leur a attribué, Pan troglodytes.

Joyeux Noël à tous et à toutes

Portfolio