La lettre du Spéléo-Club de Paris

N° 261 - Janvier 2008

janvier 2008, par Spéléoclubdeparis // La lettre

La disparition d’une grande amie du spéléo-club de paris

Marie Casteret, la dernière fille de Norbert Casteret, vient de nous quitter le 4 décembre. Dans La Plume et les gouffres, le recueil de la correspondance de Martel, elle s’était elle-même présentée comme le "mainteneur" de la mémoire de Norbert Casteret. Elle a écrit des articles, participé à de multiples manifestations pour honorer la mémoire de son père qui fut et reste le plus grand écrivain spéléologue français. Elle a puisé dans ses dernières forces pour trier, classer les documents laissés par son père. Un vrai travail de bénédictin.

C.était une lectrice assidue de la Lettre du Spéléo-club de Paris . Norbert Casteret était membre d’honneur de notre club . et elle faisait partie de ceux dont les encouragements nous ont aidés à poursuivre cette publication modeste et tenace. Grottes & Gouffres rendra plus longuement hommage à cette grande amie de notre club.

Et puis, si l’arrêté de biotope (pour la protection des chauves-souris) vous le permet, allez lui rendre hommage en visitant la belle rivière souterraine d’Aliou dans les Pyrénées. Vous devriez y trouver les cinq îlots rocheux que Norbert découvrit au cours de son exploration avec ses deux aînés, Raoul et Maud. Il baptisa ces rochers du prénom de ses cinq enfants. Le plus petit est l’île Marie. C.était en 1940, l’année de la naissance de sa dernière fille.

Gilles en himalaya

En octobre-novembre, notre camarade Gilles Caldor, lors d’un trek au Népal, est passé par le camp de base du Makalu en franchissant l’East Col et le West Col (tous deux à plus de 6000 m d’altitude, avec en prime l’ascension du Mera Peak à 6476 m. Gilles nous signale, dans la vallée de l’Arun qui remonte jusqu.au Makalu, à

trois jours de marche de son camp de base, l’existence de trois petits gouffres a priori creusés dans des "roches métamorphiques" situés à 3500 m, au camp de Kumala dans une prairie d’altitude difficile d’accès : vol dans un petit avion de type Dornier 228 de Katmandou à la piste en herbe de Tumlingtar, et ensuite une petite semaine de marche !

Autre site remarquable, à une journée et demie du camp de base du Makalu, la Mong Mountain, "montagne surprenante, nous écrit Gilles, car c.est une tête haute d’un millier de mètres, où l’on distingue une bouche, un nez et deux yeux qui ne sont rien d’autre que deux grottes. La légende raconte que deux moines y avaient élu domicile il y a mille ans et que, vu l’inaccessibilité de ces grottes, les moines y accédaient en volant !"

Sur votre agenda

  • Gymnase de la Place des Fêtes : 20 décembre 2007. Sauf changements imprévisibles, voici les dates des "gymnases" pour l’année 2008 : 10 & 24 janvier, 7 & 21 février, 6 & 20 mars, 3 & 17 avril, 15 & 22 mai, 5 & 19 juin, 4 & 18 septembre, 2 & 16 octobre, 6 & 20 novembre, 4 & 18 décembre.
  • Nouvel An dans le Lot avec Daniel et Jasmine Teyssier, Elisabeth et Dominique Lavaur. Réveillon dans le Réveillon. Réunions-conférences 2008 (on efface tout et on recommence...) : Le mercredi ne convenant pas à plusieurs membres du club, parmi les plus assidus à nos réunionsconférences, les dates ont dû être intégralement changées. Voici les nouvelles données : Mardi 26 février (conférencier : Fâdi Nader), jeudi 27 mars, mardi 22 avril, jeudi 29 mai, mardi 24 juin, jeudi 25 septembre, mardi 21 octobre, jeudi 27 novembre, mardi 16 décembre. Ces dates seront rappelées dans La Lettre du Spéléoclub de Paris.

Une paille !

JPEG - 2.6 ko

La Lifestraw est une "paille filtrante" (31 cm de long, 2,9 cm de diamètre, poids sec 140 grammes) capable de purifier l’eau à mesure qu.on l’aspire. La précédente version de la LifeStraw laissait un arrière goût d’iode assez désagréable en bouche, mais avec la LifeStraw II, assure le constructeur, ce désagrément n’est plus qu.un mauvais souvenir. La paille filtre la quasi-totalité des bactéries et des virus d’origine hydrique grâce à son charbon activé granulaire (imprégné d’argent). Cette pipette, conçue surtout pour les pays en voie de développement, devrait être très utile aux spéléos lors de leurs expéditions lointaines. Son prix, vu sur Internet, est de l’ordre de 10 Euros plus frais d’envoi.

Avec cette paille filtrante, Martel n’aurait pas été empoisonné en buvant l’eau de la résurgence de Graudène polluée par des cadavres d’animaux jetés dans l’igue de la Berrie (Catus, Lot) et nous n’aurions peut-être pas connu la loi Martel.

Leptospirose

Sur les messageries court en ce moment une information à diffuser "à la plus grande quantité de gens possible". Elle fait état de la mort d’une femme ayant bu le soda d’une boîte (cannette) lors d’une excursion un dimanche. Prise de fièvre, elle a été admise dans un hôpital universitaire pour en sortir morte le mercredi. L’autopsie a révélé une leptospirose, avec jaunisse et hémorragies fulgurantes provoquées par la boisson qui avait été consommée sans verre. L’examen des boîtes a confirmé en effet qu’elles étaient infectées par l’urine des rats qui infestent les hangars où sont stockées ces marchandises. La leptospirose est une maladie que connaissent bien les égoutiers pour qui la vaccination est obligatoire. Le message reçu recommandait entre autres de bien laver les cannettes avant de les consommer. Donc méfiance ! Mais devant quoi ? Eh bien, devant ce genre de messages. Car une courte visite sur l’indispensable site hoaxbuster vous apprendra que cette info n’est en fait qu.un canular...

On continue à rééditer

Répondant à la demande de quelques (rares) lecteurs potentiels, Daniel Teyssier poursuit la réimpression à l’identique des Mémoires du Spéléo-club de Paris épuisés.

N°1 : Spéléologie afghane par l’Equip de Recerques Espeleo de Catalunya (Montserrat Ubach et al.), Spéléo-club de Paris (Claude Chabert et Nicky Boullier), 1975, 38 p., 6 . + port (poids 150 g)

L.expédition que Claude Chabert monta en 1974 avec notre amie Montserrat Ubach permit l’exploration de plusieurs cavités dûment topographiées, dont la grotte de Ghar Bolan Baba en grand format. Copieuse bibliographie. Un des rares écrits sur la spéléologie en Afghanistan avant que les "grottes" de Ben Laden ne viennent défrayer la chronique. Un document exceptionnel dans un pays où la spéléologie est aujourd’hui très difficile à pratiquer et en courant des risques considérables.

N°5 : Morphologie souterraine et hydrogéologie du massif calcaire de la Lare, Saint-Benoît (Alpes de Haute-Provence), par Michel Siffre, 1977, 46 p., 6. + port (poids 150 g). Michel Siffre, aujourd’hui membre d’honneur de notre club, publiait en 1977, des travaux qu.il avait commencés dix avant son expérience de deux mois Hors du Temps de 1962, qui devait le rendre célèbre. En compagnie de son camarade Marc Michaux, que nous revoyons tous les ans aux Rencontres d’octobre, cinq années de recherches lui furent nécessaires pour explorer les cavités de ce petit massif calcaire, en étudier la géologie et résoudre les problèmes hydrologiques posés par les émergences du massif. On y retrouve la grotte des Perles un des hauts lieux de la carrière du jeune Michel Siffre. Certainement pas son best-seller, mais un document rare qu.il nous fallait rendre disponible.

N°18 : Autour de la Pierre Saint-Martin, de Jacques Bauer, 1994, 60 p., 10 euros + port (poids 200 g). Jacques Bauer, géologue et spéléologue de l’ARSIP (Association de recherches spéléologiques internationales sur la Pierre Saint-Martin) nous offre un recueil de textes géologiques écrits à l’origine pour les stagiaires de l’Ecole française de spéléologie. Un document très utile pour ceux qui s’intéressent à ce célèbre massif pyrénéen et, plus largement, pour tous ceux qui s’interrogent sur les mystères de la création des cavernes.

N°20 : La respiration des cavernes de Baudouin Lismonde, 1995, 50 p., 10 . + port (poids 150 g). Dès leur création, les Mémoires ont eu pour vocation de publier, modestement, les travaux les plus pointus que ne peuvent accepter les publications spéléologiques s’adressant à un public plus large. C.est le cas de cet ouvrage que nous a proposé notre ami Baudouin Lismonde, un grand habitué de nos Rencontres d’octobre. Il traite d’un aspect particulier et difficile des courants d’air souterrains, les transitoires. Les exemples sont tirés principalement du Trou qui souffle, une cavité du Vercors bien nommée.

Le timbre du mois

JPEG - 22.3 ko

La Roumanie est le pays qui a le plus honoré la spéléologie par la philatélie. Cette Lettre a déjà publié 12 timbres roumains (mais il y en a plus). En 2007, les postes roumaines nous ont offert une belle série de 4 timbres en l’honneur d’Emile Racovitza (1868-1947), créateur avec le Français René Jeannel de la biospéologie (ou biospéléologie). Elle comprend un portrait du biologiste qui a déjà eu plusieurs timbres à son image (voir notamment la Lettre 108 en 1992), un ours des cavernes, les concrétions de la grotte Piatra Altarului et ce timbre représentant un crustacé isopode, le Typhlocirolana moraguesi. Racovitza le découvrit en 1905 dans la Cueva del Drach, dans l’île de Majorque (Baléares), une cavité explorée par Martel. C.est cet animal, proche des espèces des nappes phréatiques d’Afrique du Nord et du Sahara, qui est à l’origine de la vocation de biospéologue de Racovitza.

Portfolio


Documents joints


PDF, 100.4 ko