La lettre du Spéléo-Club de Paris

N° 264 - Avril 2008

avril 2008, par Spéléoclubdeparis // La lettre

URUGUAY

Lors d’un séjour d’un mois et demi en Amérique du Sud (du début février à la mi-mars 2008), Jacques Chabert a pu reprendre son travail d.investigation sur les grottes d.Uruguay (voir Grottes & Gouffres n° 157, 2001). Les recherches menées dans plusieurs départements . Salto, Durazno, Canelones, Lavalleja (visite de la Cueva de Arequita), Maldonado . ont permis de découvrir plusieurs Cuevas del Tigre inconnues des spéléologues, mais bien décevantes quant à leur développement. Des contacts amicaux et fructueux ont été pris avec l’unique organisation spéléologique du pays, le Centro Espeleogico del Uruguay Mario Isola (président Livio Incatasciato). Le CEUMI poursuit des explorations dans de petits réseaux karstiques du département de Cerro Largo non loin de la frontière brésilienne.

DE LA CHINE À PARIS AVEC LES GILLES

Pour des raisons diverses, et, entre autres, le manque de disponibilité du rédacteur, la conférence d’avril n’a pas été annoncée. Néanmoins, elle a bien eu lieu, le mardi 22 avril et n’a certes pas manqué d.intérêt, malgré son caractère quelque peu improvisé.

Chine Gilles Caldor nous a présenté de magnifiques images de Richard Maire sur les explorations grandioses que "le Professeur" a menées dans cet Eldorado souterrain. Gilles nous propose un voyage en Chine . sans doute en septembre prochain, la date ni les détails n’étant encore arrêtés. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une expédition spéléologique, mais plutôt d’une visite de la Chine à orientation spéléologique. Plusieurs grands sites souterrains seraient évidemment au programme, Gebihe, la région de Kweilin, etc. Il est même prévu, pour les amateurs, la descente de verticales de 200 mètres. L.opération, pour des raisons de coût, ne pourrait se faire qu’avec un minimum de six-sept personnes. Tous ceux et celles qui seraient intéressés peuvent d.ores et déjà contacter Gilles.

Paris Gilles Thomas est, on le sait, un spécialiste du Paris souterrain. Il nous en a fait une brillante démonstration en nous présentant avec une érudition sans faille les inscriptions des carrières parisiennes. Que les absents soient rassurés, Gilles reviendra nous entretenir de ces carrières dont il sait si bien nous parler.

L’ABÎME DE SAVONNIÈRES

JPEG - 49.3 ko

L’abîme de Savonnières s’ouvre dans la carrière de Savonnières-en-Perthois dans la Meuse à quelques mètres du magnifique gouffre de la Sonnette, une des classiques pour

les spéléos du Nord de la France. Notre bulletin Grottes & Gouffres a rappelé l’existence de l’abîme de Savonnières dans son n°158 (2002) en publiant un article sur la descente, en 1949, d’un journaliste dans le puits de 75 mètres, la plus grande verticale de la région (la Sonnette ne fut explorée que deux ans plus tard). Malheureusement le gouffre a servi de décharge pour des tonnes de déblais de la carrière alors en cours d’exploitation et la cavité n’accuse plus aujourd.hui qu’une dizaine de mètres de profondeur. Pourrait-on envisager de déblayer cette magnifique cavité ? Certes l.importance du travail nécessiterait déjà des études sérieuses sur les plans technique, juridique, etc. Et l.opération ne pourrait se réaliser qu’avec des moyens professionnels et un financement important.

Est-elle pour autant impossible ? L.idée vaut la peine d.être creusée... Les désobstructions réussies . gouffre de la Rochotte (réseau de la Combe aux Prêtres), certes de moindre ampleur, le puits de la carrière Aubouin de Châtillon-sous- Bagneux, le Bärenschacht, les Petites Dalles (Seine-Maritime) ou encore l’igue de Goudou (Lot) par Géo Marchand et son équipe (1964), etc .nous montrent que les "dézobes bestiales" n’ont pas toujours fait reculer les spéléos.

Il est également vraisemblable que l’abîme de Savonnières ait été rebouché avant que l’exploration n’en soit achevée, comme nous le faisait remarquer notre ami Daniel Prévôt, président de l.USAN (Nancy).

NOTRE AMI PHILIPPE AUDRA VICTIME D’UN GRAVE ACCIDENT

La grotte des Chamois est un ancien exutoire de la source du Coulomp, située dans le secteur d.Anot, entre Var et Verdon, dans le département des Alpes de Haute-Provence. Une marche d’approche de près de trois heures permet d’atteindre

cette grotte du bout du monde défendue par trois siphons successifs qu.il faut pomper. La cavité "a livré accès à un réseau organisé en plusieurs étages de galeries de grandes dimensions". L’auteur des lignes est notre ami Philippe Audra, spéléologue explorateur et karstologue bien connu, directeur de recherches à Sophia Antipolis (Alpes- Maritimes) et un des principaux animateurs de nos Rencontres d.octobre. C’est le 23 mars, en poursuivant l’exploration de cette cavité difficile, que Philippe a été victime d’un grave accident lorsqu’un bloc rocheux de quelque 150 kg s’est détaché de la paroi et l’a gravement blessé. A la souffrance intense qu.il a endurée s’est ajoutée la crainte de voir la sortie barrée par la montée des eaux en cas de pluie. Une délicate et longue opération de secours a été nécessaire pour sortir Philippe de la grotte et le transporter en hélicoptère vers un hôpital de Nice. Le bilan médical est sérieux (notamment une double fracture du bassin) et Philippe ne pourra retourner sous terre qu’après plusieurs mois de repos.

TÉCNICAS VERTICAIS PARA ESPELEOLOGIA

JPEG - 32.3 ko

Gageons que chaque lusophone du club aura à coeur d’acquérir cet ouvrage, dû à la plume de notre ami Daniel Menin, jointe à celle de Daniel Viana. C’est un manuel de référence. Daniel Menin fut membre du Spéléo-club de Paris vers l’an 2005, avant de regagner précipitamment son Brésil natal, suite à une offre d’emploi très opportune. Il faut bien faire bouillir la marmite !

VIEUX CAILLOUX ET TRACES DE VIE

Les stromatolites (tapis de pierre) les plus récentes ont été formées par des micro-organismes vivant à la surface de la pierre et provoquant la précipitation du bicarbonate (dissous dans l’eau) en carbonate de calcium (insoluble). Une équipe scientifique affirme, dans le numéro de février de Nature Geoscience, avoir découvert des nanocristaux d’aragonite à l’intérieur de stromatolites datées à 2,7 milliards d’années (région du fleuve Fortescue, Australie-Occidentale). Cette forme de carbonate de calcium, aujourd’hui fabriquée par des bactéries, est très instable. Dès qu’elle est exposée à l’eau, après la mort du micro-organisme, l’aragonite se transforme en calcite. Ceci repousse d’autant la date prouvée des premières manifestations de la vie. Et ce n’est peut-être pas fini : les plus anciennes stromatolites remontent à 3,5 milliards d’années...

LECTURES DE FONDS

Sur proposition de Brigitte Choppy, le Spéléo-club de Paris s’est porté acquéreur du "fonds Choppy", 450 fascicules fruit et reliquat d’un demi-siècle de spéléologie tant d’exploration que scientifique. Nous les avons toujours diffusés et, donc, nous continuons. Longue vie à Brigitte et longue vie à l’oeuvre commune des Choppy !

VENTE DES ARCHIVES CASTERET

JPEG - 26.7 ko

Le mercredi 9 avril, à Lyon, a eu lieu une vente d’autographes et de documents historiques. Trente lots concernaient les archives de l’écrivain-spéléologue (qui fut membre d.honneur de notre club) Norbert Casteret. Plusieurs spéléologues étaient présents dans la salle, mais ils ont été passablement désappointés, car les Archives de France, pour le compte de la Bibliothèque municipale de Toulouse, a usé de son droit de préemption et a emporté la quasi-totalité des documents. Par ailleurs, on peut se réjouir de savoir qu.ils resteront vraisemblablement consultables par les chercheurs. Résultats de la vente sur le site des commissaires priseurs www.chenu-scrive.com.

LE ROC-AUX-SORCIERS

JPEG - 32.2 ko

La presse a rapporté l.ouverture de le 21 mars dernier du facsimilé d’un site, unique en Europe, le Roc-aux-Sorciers d.Angles sur-l.Anglin, dans la Vienne. Il y a 15.000 ans, les Magdaléniens y ont sculpté tout un bestiaire impressionnant, bouquetins, bisons chevaux, félins, ainsi que quelques figures humaines. Les oeuvres d’art de ce "Lascaux de la sculpture" ont été mises au jour en 1950 au pied d’une haute falaise bordant l.Anglin. Quelques années plus tard, notre camarade Jean Taisne a pu prendre des photographies des sculptures originales dans leurs abris sous roche si difficiles d’accès. Nous les verrons sans doute dans un prochain Grottes & Gouffres.

LE TIMBRE DU MOIS

JPEG - 7 ko

Les grottes de Anzota sont situées dans une nouvelle région chilienne créée en 2007, Arica et Parinacota, la plus septentrionale de ce pays tout en longueur, donc limitrophe avec le Pérou. Dans ces cavités littorales, creusées par les vagues dans des écoulements de lave, à environ douze kilomètres au sud d.Arica, vivait il y a quelque 4000 ans un peuple de pêcheurs-chasseurs-collecteurs connus sous le nom de .chinchorros.. Ses peintures rupestres sont malheureusement gâchées par des graffitis modernes. Timbre récent acheté sur place, à Santiago.

LA LETTRE DU SPÉLÉO-CLUB DE PARIS

Avril 2008 -N° 264 (27e année) Rédacteur : Jacques CHABERT, 8 rue Crémieux. 75012 Paris. Tél 01 46 28 57 45, 06 03 45 52 87 jacques.chabert@noos.fr

Avec l’aide précieuse de Jean TAISNE, Daniel TEYSSIER et la collaboration de Jasmine, ainsi que : Eynard DE CRÉCY (informations scientifiques), Lionel GAIMARD (Internet), Florent MELLAC (diffusion), Daniel MENIN, Jean-Yves BIGOT, Gilberte CASTERET, Brigitte CHOPPY, Gilles THOMAS, Gilles CALDOR, Daniel PRÉVÔT.