La Lettre du SCP n°337 - septembre 2015

Mercredi 16 septembre 2015, par Spéléoclubdeparis // La lettre

ACCIDENT MORTEL LORS DE L’EXPÉDITION DE SPÉLÉO-PLONGÉE

“ Le 7 août dernier, la traditionnelle expédition de spéléo-plongée qu’organise annuellement, en Bosnie, notre camarade Bruno Mégessier a été endeuillée par le décès de Pascal Mercier. Pascal, issu de la plongée TEK, était devenu un authentique plongeur spéléo. Il évoluait en recycleur et a été retrouvé à quelques brasses de son fil d’Ariane. Ses camarades ont immédiatement réalisé une plongée successive et sorti le corps. Nos condoléances à la famille, aux proches, aux camarades et à toute la communauté des spéléo-plongeurs. ”  Spélaïon (ancien plongeur)

RENCONTRE D’OCTOBRE 2015

25ans déjà ! La 25e Rencontre d’Octobre se tiendra les 17 et 18 octobre 2015 à la Maison familiale Rurale du Jura sur le bord du lac de Chalain (commune de Doucier, 39). Elle sera organisée sous l’égide du Spéléo-club de Paris par le Comité départemental de spéléologie du Jura (CDS 39) et le CSR de Franche- Comté (Rémy Limagne et Pascal Lamidey) avec l’aide de la commission scientifique de la FFS. Les communications porteront sur les explorations et recherches récentes en spéléologie physique et karstologie. Cette année le thème privilégié sera : “ Le CO2 sous terre ”, un sujet qui concerne tous les spéléologues. Circulaire disponible auprès de Daniel Teyssier (spelaion@free.fr) ou jacques.chabert@noos.fr. Le dimanche visite de la Borne aux Cassots. Didier Cailhol, en l’absence de Jean-Yves Bigot qui sera alors au Pérou, assure la direction scientifique de la manifestation. Il nous a déjà fait part de plusieurs projets de communications fort intéressantes.

LE BEL AVENIR DE L’EXOSPÉLÉOLOGIE

Les énormes tubes de lave de la Lune Contrairement à l’exobiologie, une science sans sujet d’étude (ou si peu), car les recherches dépassent le cadre du système solaire, l’exospéléologie, la spéléologie extraterrestre, a un réel avenir. Mars et surtout la Lune nous ont offert le spectacle de cavités qui, jusqu’à présent restent inexplorées. La surface de la Lune présente de grandes rainures sinueuses (sinuous rilles) formées par d’anciennes coulées de lave volcanique. Les interruptions observées dans ces rainures sont dues au maintien de la croûte de magma sous laquelle la lave a continué de s’écouler créant des tunnels de lave. La pesanteur étant six fois plus faible à la surface de la Lune que sur terre, les tubes de lave lunaires seraient en conséquence plus larges que les tunnels terrestres. Une équipe américaine de l’université de Purdue (Indiana), le “ berceau des astronautes ” (dont Neil Armstrong), a étudié la stabilité de ces cavités supposées et a été surprise des résultats obtenus : un de ces tunnels pourrait mesurer 2000 mètres de large sur une longueur de 75 km. Sur d’autres, la largeur des tunnels pourrait dépasser les 4 km ! Reste à explorer ces énormes grottes. L’utilisation de robots sous la surface rocheuse étant difficile, voire impossible, l’intervention humaine s’imposerait... La sonde Rosetta de l’Agence spatiale européenne qui s’est posée sur la comète Tchouri a photographié pas moins de 18 gouffres dont la profondeur va de quelques dizaines de mètres à 210 mètres. Les jets de gaz et de poussières qui s’en échappent forment la chevelure de la comète. Les chercheurs s’interrogent es et d’une hauteur allant de 15 à 30 mètres, est réputée pour ses qualités acoustiques et porte le nom de “ salle de concert ”. Plusieurs autres cavités sont connues dans cette zone karstique.

UN NOUVEL ACCÈS À PADIRAC

Fin avril le Clan des explorateurs de cavernes (CEC) annonçait la découverte d’importants prolongements dans la perte des Ayrals (Miers, Lot). En août le CEC a pu rejoindre le réseau de Padirac, repéré par des traces de pas et par le fil d’Ariane de Clément Chaput, le jeune plongeur dijonnais qui avait réalisé avec notre camarade Bruno Mégessier la jonction des deux sources de la Touvre (voir Lettre N 301).

ADIEU À “ TROGLO ”

Christian Hohweiller nous a quittés en septembre. Peu d’entre nous ont rencontré ce vieux compagnon des explorations des années 50, connu surtout par son surnom de Troglo. Il avait participé à plusieurs explorations de notre club, notamment à celle de la célèbre grotte de Lombrives (Ussat-les-Bains, Ariège), qui est aménagée pour le tourisme et fait partie du grand réseau Niaux-Sabart. La photo publiée sur son faire-part de décès nous montre que, s’il avait, comme on dit, “ raccroché son casque ” depuis de nombreuses années, la spéléo avait un joué un grand rôle dans son existence. Plusieurs de ses dessins ont illustré notre revue Grottes & Gouffres.

MARTEL TOUJOURS D’ACTUALITÉ

Edouard-Alfred Martel, le père de la spéléologie moderne, n’est pas oublié. Une équipe de cinéastes filme en ce moment une reconstitution de sa descente périlleuse des gorges du Verdon en 1905. Nous avons cru reconnaître des bateaux pliants rappelant les Osgood qu’a dû employer Martel pour cette première expédition de “ canyonisme ”. Le film tourné en 3D sera projeté à la Géode, un spectacle qu’il ne faudra pas manquer.

LA NEWSLETTER DU COSIF

Les 8 pages de la Newsletter de septembre du COSIF, le Comité spéléologique d’Île-de- France, que réalisent Gaël Monvoisin et ses collaborateurs comportent un ensemble d’informations régionales, nationales et internationales sur les réunions, manifestations diverses, stages etc qu’il est impossible de reporter dans les deux pages de notre feuille de liaison. N’hésitez pas à consulter cette riche Newsletter qui contient une brève info sur les 14èmes Journées nationales de la spéléologie et du canyon qui auront lieu le 3 et 4 octobre. Une animation est prévue par le CDS 75, mais est encore à définir (contact : thomas_lecoq@aliceadsl.fr).

LE TIMBRE DU MOIS

La grotte de Bijambare s’ouvre à l’altitude d’environ 950 mètres sur les pentes montagneuses situées au nord-est de la petite ville de Ilijas, proche de Sarajevo en Bosnie-Herzégovine. Cette grotte bien aménagée est très fréquentée pour ses concrétions. La quatrième salle, d’un diamètre de 60 mètres et d’une hauteur allant de 15 à 30 mètres, est réputée pour ses qualités acoustiques et porte le nom de “ salle de concert ”. Plusieurs autres cavités sont connues dans cette zone karstique.