La Lettre du SCP n°335 - mai 2015

Jeudi 4 juin 2015, par Spéléoclubdeparis // La lettre

UN NOUVEAU LONG RÉSEAU PRÈS DE PADIRAC

Le quotidien La Dépêche vient d’annoncer une découverte spéléologique de taille, dans la perte des Ayrals sur la commune de Miers (Lot). Un spéléo-club local, le Clan des explorateurs de cavernes (CEC), avait repris depuis 2007 les travaux de désobstruction dans une perte qui était connue sous plusieurs noms : perte de Miers, d’Auru ou des Granges (cf. l’inventaire de Jean Taisne et Spelunca, n°108, avec topographie). Après six ans de labeur dans une galerie étroite et aux multiples obstacles, les spéléos du CEC ont débouché dans des galeries plus larges. C’est en tout 11 km de développement qui a été topographié. La profondeur de 170 mètres a été atteinte. Une coloration a montré la jonction avec l’igue de Magic Boy, longue de quelque 3 km (cf. Spelunca, n° 113). La rivière souterraine de Padirac n’est qu’à 100 mètres de distance horizontale du nouveau réseau.

APPEL POUR LE NÉPAL

Notre ami Maurice Duchêne, ancien secrétaire général de la Fédération française de spéléologie, s’est pris d’une véritable passion pour le Népal, un pays où il vit au moins six mois par an. Accompagné de jeunes Népalais qu’il a formés et sont devenus d’excellents techniciens de spéléo et de canyonisme, il y poursuit des explorations spéléologiques qu’un jour ou l’autre il pourrait venir nous présenter rue Boissonade. Le 30 avril il nous appelés au téléphone de Katmandou - la messagerie électronique ne marchait plus - pour nous proposer de nous associer à l’aide qu’il souhaite apporter à ce pays si attachant durement touché par les récents tremblements de terre. Il est probable que la ville de Katmandou recevra en priorité les fonds des gouvernements et ceux recueillis par les ONG. Maurice nous a dit que, dans les villages, les coûts de la construction sont beaucoup moins élevés que dans la capitale népalaise et quon peut y bâtir une maison avec 500 ou 600 _. Il espère obtenir auprès de ses amis français de quoi construire une demi-douzaine de maisons, voire une école. Il doit arriver en France le 20 mai et nous dira alors comment il compte organiser cette opération. Si vous souhaitez participer à cet effort de solidarité internationale, adressez-vous à Jacques Chabert.

ADIEU À ALFREDO BINI

Nous avons appris avec tristesse le décès d’Alfredo Bini, premier directeur de Speleologia, la revue de la fédération italienne. Ce karstologue, professeur à l’université de Milan, était l’auteur de nombreuses publications, notamment dans Karstologia. Alfredo Bini a beaucoup travaillé sur les karsts lombards. Il comptait bien des amis au sein de la communauté spéléologique française. Il avait participé à plusieurs reprises à nos Rencontres d’Octobre et avait annoncé sa venue à la 23e édition où nous nous étions étonnés de l’absence de ce grand (et modeste) spéléologue.

LE PADIRAC DE LA BELLE ÉPOQUE MIS EN IMAGES

Dans notre Lettre de janvier (N° 331), nous annoncions la parution prochaine du tome 2 de la bande dessinée de Laurent Bidot et Lucien Rollin, Le gouffre de Padirac. L’invention d’une visite extraordinaire. Le livre est maintenant disponible. Signalons que c’est à partir des documents fournis par notre camarade Gilles Thomas qu’a été écrite la partie sur l’exposition 1900 et le Jardin des Plantes.

LONDRES SOUTERRAIN À VÉLO ?

À Londres où il n’est guère aisé de circuler à vélo et même à pied, la firme d’architecture Gensler a proposé d’aménager les espaces souterrains désaffectés de la métropole - anciennes lignes et stations de métro, réservoirs et conduits divers - en pistes exclusivement piétonnes et cyclables. Ce projet intitulé London Underline n’en est encore qu’au niveau des études. Est-ce là une idée pour Paris ? Après les Catacombes transformées en parking, peut-être les catas converties en pistes cyclables ?

QUATRE MOIS FERME POUR LE PILLEUR DE LA GROTTE DE CLAMOUSE

Dans notre Lettre de janvier nous avions signalé la tentative de vol commis dans la grotte de Clamouse (gorges de l’Hérault). Les pilleurs et vandales n’ont pas été ménagés par le tribunal correctionnel de Montpellier qui a jugé qu’il s’agissait d’un vol aggravé par la destruction d’un bien classé. Le principal accusé a écopé de 4 mois de prison ferme et ses deux acolytes de 3 mois avec sursis.

LE TIMBRE DU MOIS

La Balma de la Margineda est un abri sous roche préhistorique situé à 970 m d’altitude, au nord de Sant Julià de Loria non loin d’Andorre-la-Vieille. Les premières traces d’occupation humaine, âgées plus de dix mille ans, remontent à l’Azilien, une période qui tire son nom d’un autre site souterrain, la grotte du Mas d’Azil, une cavité ariégeoise des bords de l’Arize qui traverse un chaînon du Plantaurel. Les fouilles qui y ont été menées à la Margineda de 1979 à 1991 ont montré qu’a subsisté pendant plusieurs millénaires une longue tradition de fréquentation de l’abri, en rapport avec une économie d’exploitation de la montagne fondée sur la chasse et, plus que tout, sur la traque du bouquetin