La lettre du Spéléo-Club de Paris

N°306 - Juin 2012

Vendredi 1er juin 2012, par Spéléoclubdeparis // La lettre

Trou des anciens : seaux de terre et tonne d’eau

Au cours du week‑end du 2 et 3 juin (en débordant quelque peu sur le lundi 4), le Spéléo‑club de Paris a poursuivi ses travaux dans ce gouffre bourguignon au courant d’air mystérieux. Près de cent seaux lourds de remplissages cryo‑clastiques ont été remontés au treuil, mais aucune brise souterraine n’est venue caresser le visage des vaillants désobeurs dont le moral n’a pas été atteint pour autant. La découverte d’un morceau de bois au milieu des sédiments pose question : l’origine en est‑elle naturelle ou humaine ?

« Patu », jamais à court d’idées pour améliorer l’avancement du chantier, a proposé de tenter une expérience que l’équipe a baptisée « opération Sequana ». Celle‑ci consistera à apporter sur place une citerne qu’on remplira sur place d’environ 1 m3 d’une eau qu’on déversera aux points bas de la cavité, sans doute par l’intermédiaire du tuyau servant au passage des fils assurant la communication fond‑surface. Il faudra alors observer comment et où l’eau s’écoule, ce qui devrait fournir une indication précieuse sur l’endroit où continuer en priorité le creusement. Une date à la fin du mois de juin a été proposée pour ce test dont les résultats auront une incidence sur la suite des travaux à mener durant le prochain camp d’été à la fin juillet.

Équipe de fond : Daniel et Jasmine Teyssier, Patrick Morand, Jean‑Pierre Piardon, Guillaume d’Hauteville, Maxime de Geuser. Équipe treuil : Eynard de Crécy et Hervé Paturel. Visites de Pascale Vivancos (qui sortait du puits de 90 m du gouffre de la Rochotte, l’accès le plus récent du réseau de la Combe aux Prêtres), Bernard et Maria Le Bihan, Jean‑Philippe et Roch Lambert.

Port-miou, moins 223 m !!

Au moins depuis la passionnante conférence d’Eric Gilli du 28 février, l’extraordinaire résurgence de Port-Miou à Cassis est bien connue des membres du Spéléo-club de Paris. À l’occasion de la réunion 2012 de l’ANAR, à laquelle ont participé Daniel et Françoise Dairou, Jacques et Marie-Ange Chabert, nous avons fait une excursion en bateau dans les calanques de Cassis organisée par Henri Garguilo et Paul Courbon. Nous avons d’abord vu les plongeurs se préparer à l’exploration de la résurgence voisine du Bestouan, dont le but était la pose d’une balise de radiolocalisation. Dans la calanque de Port-Miou, notre guide et ami Gérard Acquaviva nous a appris que Xavier Méniscus, le plongeur qui, en octobre 2008, avait atteint la profondeur de -179 m, avait, le 7 mai, dépassé le bloc rocheux où il s’était arrêté et avait poursuivi sa descente et déposé son dévidoir à -223 m, à presque 3000 m du départ de la calanque. Le point bas est une salle de 20 m de diamètre et de 5 m de haut au sol de gravier. La suite de la cavité serait vraisemblablement à l’horizontale... et peut-être dans l’eau douce. On trouvera les détails techniques de ce véritable exploit sur le blog de Xavier Méniscus.

Theaters

Jean‑Paul Delacruz – dont nous avons suivi avec le plus grand intérêt la conférence sur l’effondrement des crayères de Clamart – nous recommande d’aller visiter l’exposition « Theaters » dans la Polka Galerie au 12 rue St Gilles (3e). Yves Marchand et Romain Meffre* ont sillonné les Etats‑Unis pour y photographier de grandes salles de cinéma (movie theaters) des années 1920‑1930, abandonnées ou transformées en supermarchés, lieux de culte, etc. Une exposition aux images nostalgiques dont on pourra avoir une idée sur le site de la Polka Galerie.

* C’est avec Jean‑Paul que Romain (né en 1987) s’est pris de passion pour les friches industrielles. Nous avons visité en leur compagnie moult carrières souterraines.

JPEG - 18.7 ko

Précisions sur claude viala : Laurence Tanguille, présidente de la Fédération française de spéléologie, nouvellement réélue pour une autre olympiade, est une lectrice attentive de notre bulletin de liaison mensuel. Elle nous a envoyé un message pour préciser que notre ami Claude Viala, récemment disparu, était également l’auteur d’un précieux Dictionnaire de la spéléologie [Il est vrai que j’ai pu oublier cet ouvrage qui ne figure plus parmi les usuels de ma bibliothèque, car j’en ai fait cadeau à un spéléologue cubain de passage à Paris. Note du rédacteur].

Arrête ! c’est ici l’empire de la mort

JPEG - 12.1 ko

Au delà de l’inventaire exhaustif des 220 inscriptions des Catacombes de Paris — celles que les touristes peuvent voir, celles qui se trouvent dans les zones non accessibles aux visiteurs, celles qui ont disparu, leurs auteurs, etc — qu’ont dressé Xavier Ramette et Gilles Thomas, c’est à une méditation érudite sur la camarde que nous invite ce livre. Ces vers d’Antoine-Marin Lemierre n’en sont qu’un exemple :“ Que de morts entassés et pressés sous la terre ! Le nombre ici n’est rien, la foule est solitaire. ” Gageons que les cataphiles ne seront pas les seuls à feuilleter cet ouvrage agréablement présenté.

Xavier Ramette & Gilles Thomas. Inscriptions des Catacombes de Paris., édit. Le Cherche Midi, 171 p., 13,50 (prix d’ami auprès de Gilles pour ceux qui assistent à nos réunions...).

Le timbre du mois

JPEG - 144.8 ko

Batadomba Lena Cave est située au sud de Sri Lanka, à 5 km du village de Kuruwita. Dans cette grotte de 25 m de long et 15 m de large, on a trouvé des vestiges humains remontant à quelque 28500 ans. C’est sur l’existence de l’homme de Balangoda qui a fréquenté les grandes grottes de la région que s’appuie l’hypothèse d’une origine de l’homme “out of Africa”.