La lettre du Spéléo-Club de Paris

N°276 - Juin 2009

Lundi 1er juin 2009, par Spéléoclubdeparis // La lettre

On est beaucoup sorti ces temps-ci

  • Lot. 22-24 mai. Depuis de nombreuses années, le week-end de l’Ascension voit les spéléologues du Club alpin français se retrouver lors d’un grand rassemblement que les soubresauts de la fédération clubalpine avaient menacé. Cette année, le Spéléo-club de Paris avait répondu présent en nombre à l’appel lancé par les organisateurs de la réunion lotoise qui avaient équipé de nombreuses igues et autres cavités : Diane, Noire, Sans Nom, Roche percée, Toulze, Aussure, Crousate, Cuzoul de Sénaillac, Combettes, Planagrèze, Saut de la Pucelle. Participants du club : Jérôme Ashoori, Audrey Beauduc, Bruno Delprat, Nicolas Gibelin, Ivan Grenetier, Jean Taisne, Sabrina Mazon, Daniel et Jasmine Teyssier, Pascale Vivancos.
  • Belgique. Lors de ce même week-end, Daniel Dairou et Jacques Chabert ont participé à la réunion annuelle de l’ANAR, association nationale des anciens responsables de la Fédération française de spéléologie, organisée par nos amis belges Jean-Marc Mattlet, Bernard Urbain et Lucienne Golenvaux à Vieuxville, au sud de Liège. Au programme plusieurs cavités peu visitées : la Faille du Fond des Cris, l’aven Noël, un Orgnac belge, dont l’accès est difficile à obtenir, car il est situé dans l’enceinte du parc animalier des grottes de Han, et le trou Ozer, un gouffre, par endroits très étroit — une spécialité belge, comme on le sait — qui a la particularité d’être creusé dans le poudingue, un conglomérat formé de galets.
  • Savoie. Du 30 mai au 1er juin, Rémi Teppaz a emmené un groupe fourni de membres du Spéléo-club de Paris découvrir quelques cavités de sa région d’origine. Ont été visités, Pré Rouge et le gouffre du Malitou dans les Bauges, ainsi qu’une carrière, celle de Charaz, près du lac du Bourget. Ont participé à ce week-end spéléo convivial et bien organisé, Audrey Beauduc, Jacques Beilin, Nicolas Gibelin, Cécile Iribarnégaray, Florent Lauthier, Guillaume Ley, Sabrina Mazon, Daniel et Jasmine Teyssier et Stéphane Vigouroux.
  • Carrières. 6 juin. Le samedi 6 juin, Rémy Teppaz, Daniel et Jasmine Teyssier ont guidé 6 membres du club Spéléchef de Lyon dans le dédale des sous-sols de nos carrières.

Adieux à claude

"Je tiens ici à remercier, en mon nom et en celui de Nicky, la communauté spéléologique dans son ensemble pour les messages de soutien qui nous sont arrivés en grand nombre dans les jours qui ont suivi le décès de mon frère Claude, ce spéléologue atypique dont seules la maladie et la mort ont pu interrompre la passion pour le monde souterrain. La chaleur, la convivialité, l’amitié exprimées nous ont beaucoup aidés à affronter ces moments difficiles à accepter. Encore merci à tous."

Jacques Chabert

On pourra lire dans le prochain Spelunca à paraître (n° 114) l’excellent article écrit sur Claude par son vieux complice Paul Courbon. D’autres articles devraient être publiés dans le Grottes & Gouffres de l’année 2009.

Nouveaux membres d’honneur de la ffs

le 43e Congrès national de la Fédération française de spéléologie (FFS) s’est tenu à Melle (Deux-Sèvres) — là où étaient exploitées, sur une trentaine de kilomètres de boyaux souterrains, les mines d’argent, et de plomb, des rois de France (du 6e au 10e siècle). Au cours de cette manifestation sympathique, quatre spéléologues ont reçu le titre peu souvent décerné de membre d’honneur de la fédération : Richard Maire, Noëlle Chochon et deux camarades de notre club, Jacques Sautereau de Chaffe, alias le "baron", et Claude Chabert (à titre posthume, représenté à la cérémonie par son frère).

Pour les amateurs de terres creuses

La bibliographie intitulée Les Terres creuses (voir Lettre n° 250, décembre 2006) nous a appris que nombreux étaient les auteurs ayant développé le thème des univers souterrains imaginaires. Voici une nouvelle, "Le quitte ou double du spéléologue", du plus connu des romanciers suédois actuels, Björn Larsson, qui vient s’ajouter à la longue liste de plus de 2 000 ouvrages réunie par Costes et Altairac.

Pour les spécialistes que nous sommes, la lecture de ces fictions spéléologiques demeure toujours divertissante et celle-ci, écrite avec talent, nous fait partir dans une exploration solitaire impressionnante. La plupart des lecteurs y découvriront le nom du grand spéléologue suédois Leander Tell (1895-1980), mais le héros de la nouvelle, au patronyme d’apparence très hexagonale, aurait eu, à notre avis, bien du mal à trouver sa vocation en lisant les livres de Tell, aucun n’ayant été traduit en français. En revanche, au moins deux d’entre eux ont été traduits en espéranto dont La bela subtera mondo...

Björn Larsson, Le Rêve du philologue, nouvelles traduites du suédois par Philippe Bouquet, 2009, Grasset.

Le timbre du mois en concours

JPEG - 32.9 ko

Jusqu’à présent, les postes françaises n’avaient pas émis un seul timbre présentant une grotte naturelle en tant que telle. En France, seules les grottes préhistoriques avaient eu droit aux honneurs de la philatélie. Ce timbre de 2009, paru dans un carnet sur la flore du Sud de la France, met au premier plan, la violette, fleur emblème de la ville de Toulouse, ce qui n’a évidemment aucun rapport, si ce n’est régional, avec la grotte concrétionnée présentée en arrière-plan. Le texte qui accompagne le timbre mentionne les "grottes des Pyrénées" sans autre précision. Pour le moment, nous n’en savons pas plus. Le premier lecteur ou la première lectrice qui pourra identifier cette cavité recevra nos félicitations et un livre spéléo.