La lettre du Spéléo-Club de Paris

N°271 - Janvier 2009

Jeudi 1er janvier 2009, par Spéléoclubdeparis // La lettre

Une intense vie souterraine inconnue sous les océans

a plus de 1.600 mètres sous le fond de l’océan Atlantique, lui-même à 4.500 mètres sous le niveau de la mer, un forage effectué au large de Terre-Neuve en 2003 par une équipe franco-américaine a mis au jour des sédiments datés de 111 millions d’années. Les carottes remontées de cette très grande profondeur ont montré que, dans ce milieu qu’on imaginait sans vie, prospèrent des populations de micro-organismes qui résistent à une température de près de 100°C. On a ainsi découvert qu’il existe sous terre une énorme biomasse auparavant complètement ignorée. Ces organismes sont tous des procaryotes, c’est-à-dire des micro-organismes unicellulaires dont l’ADN n’est pas protégé dans un noyau, comme dans nos cellules. Les bactéries sont des procaryotes mais les organismes trouvés au fond des sédiments sont des archées, des micro-organismes dont on sait qu’ils ont la faculté de vivre dans des milieux extrêmes – où le pH est proche de 0, la température supérieure à 100°C et la salinité élevée par exemple. Les espèces découvertes semblent se nourrir de méthane et d’hydrogène, qu’elles parviennent à oxyder, utilisant à leur profit la forte chaleur géothermique des profondeurs. Le sous-sol, même dans des endroits inaccessibles, n’a pas fini de nous étonner.

Du côté des très profonds

le gouffre Tianxing Dongxuexitong (Qi Keng Dong), récemment exploré par des spéléologues britanniques, est le premier moins mille de Chine avec ses 1026 mètres de profondeur, ce qui lui permet de prendre une place honorable sans plus – 82e – dans une cohorte prestigieuse où le gouffre Berger occupe aujourd’hui la 28e place. Mais le gouffre chinois comporte une impressionnante verticale de 506 mètres qui lui assure tout de même le sixième rang parmi les grands puits verticaux du monde, le premier étant occupé par le Vrtoglavica (Slovénie ) avec 603 m, suivi du Patkov Gust (Croatie, 553 m). Les grandes verticales "historiques" sont reléguées à des rangs modestes, comme le sotano de las Golondrinas (Mexique) 17e avec 376 m. La France est représenté par le puits des Pirates dans le gouffre Aphanize (26e, 328 m). Le célèbre puits Lépineux qui permit la découverte du réseau de la Pierre Saint-Martin est le 27 e avec ses 320 m et le puits Juhue (302 m.) dans le réseau de la Coventosa, monts Cantabriques, Espagne, (qu’on récemment descendu plusieurs camarades du club) le 38e.

Bébés chauves-souris

JPEG - 10.4 ko

Trois cents jeunes chauves-souris avaient été séparés de leurs mères lors de violentes tempêtes. Souffrant d’hypothermie et de déshydratation, elles ont été recueillies par des chercheurs australiens qui les ont nourries toutes les quatre heures de lait et de fruits. En fait, il ne s’agit pas d’animaux cavernicoles, mais de roussettes à tête grise, Pteropus poliocephalus, vivant dans les arbres. À l’âge adulte, elles atteindront une envergure d’environ 1,5 mètre.

Le (p’tit) concours

Pour le concours du mois dernier, nous demandions de trouver l’origine d’une photo de chauve-souris. Plusieurs lecteurs se sont manifestés (merci à eux), mais aucune réponse à la fois exacte et précise n’a pu être donnée. Bravo cependant à Dominique Lavaur qui a orienté ses recherches sur les cimetières parisiens après avoir repéré des symboles funéraires, notre animal fétiche, les sabliers et, ajoutées par Daniel Teyssier, les grappes de raisins. L’image mystérieuse provenait d’un livre de photographies de Magali Chanteux, Le bestiaire de Paris. A la découverte de l’art animalier dans les rues de la capitale, édit. Hervas, 1995. Avec cette légende : "Cimetière du Père Lachaise, avenue principale".

JPEG - 12.9 ko

Soucieux de vérifier nos sources et de donner une solution détaillée aux lecteurs, nous avons, bien tardivement (le 19 décembre), visité ce haut-lieu parisien, déambulé parmi des milliers de sépultures, mené l’enquête auprès des professionnels présents sur place... sans découvrir l’animal au lieu précité. Ce n’est qu’après Une autre chauve-souris du Père Lachaise Sépulture Besnard et Cholet, une seconde visite, le Avenue Circulaire, 4 Division, 1 Section 21 décembre, que nous avons pu retrouver le chiroptère fugitif qui orne la chapelle Denoyelle, Lansquet et E. Rousseau, avenue Casimir Périer, 14e Division.

Le timbre du mois

JPEG - 31.6 ko

Les manuscrits de la mer Morte ont été découverts entre 1948 et 1950 à Qumrân, en Palestine, dans onze grottes qui s’ouvrent en bordure de ce grand lac à la salinité exceptionnelle. Ces manuscrits sont revenus d’actualité, car une traduction intégrale en français va être pour la première fois disponible – aux éditions du Cerf. Un premier tome, sur neuf, vient de sortir au prix de 89 €. On y trouve les textes sur la Genèse, la création du monde, le Déluge et l’histoire des Patriarches. On y apprend que la rédaction ne serait pas due à la communauté des Esséniens, comme on le croyait depuis plus de 60 ans. Les spéléologues pourront remarquer que, la mer Morte étant le point le plus bas du globe (417 mètres sous le niveau de la mer), les grottes de Qumrân doivent être parmi les cavités à l’altitude la plus faible du monde. Timbre d’une série jordanienne de 1974.