La lettre du Spéléo-Club de Paris

N°297 - Septembre 2011

Jeudi 15 septembre 2011, par Spéléoclubdeparis // La lettre

Le retour aux sources du président

Daniel Teyssier, notre président, nous a concocté un texte pour présenter ses activités estivales.

Le Spélaïon et la Spélaïonne ont beaucoup désobé en juillet et août. La semaine des "Anciens" ne leur suffisant pas, ils ont poursuivi par une dizaine de jours au Procureur (ou Percurayre), dans le Lot (près de Carlucet). Curieusement, les deux gouffres en sont pratiquement à la même profondeur : -29 mètres. Entre les deux, la Spéléomobile avait mis le cap sur le château de Lagarde (près de Montbrison), qui fut la demeure d’Édouard- Alfred Martel, de 1922 à sa mort, en 1938. Invités par Louis Renouard, qui . si j’ai bien tout compris . est l’arrière-petit-fils du beau-frère du Maître, ils ont pu contempler l’abondante bibliothèque de ce dernier, ainsi que le lit où il a expiré. Un peu de matos, aussi : échelles de corde, escarpolette...

JPEG - 8.6 ko
La Vénus de la spéléologie
Photo Louis Renouard

Et surtout : la Vénus de la spéléologie. Sculpture due au couteau de Théodore Rivière (1857 -1912), elle illustre bien le rêve de tout spéléo. Je dirais même que l’aspect viril du profil du modèle n’est pas pour me déplaire, rappelant en cela tout à la fois l’âpreté de notre discipline et la félicité intense qu’elle nous procure. Sur les flancs figurent, d’un côté les fameuses échelles et de l’autre le bateau démontable Osgood, utilisé à Padirac, au tout début de notre ère...

JPEG - 7.6 ko
Remontée
Jasmine, négociant la remontée du puits du Bret.

Où donc le couple immarcescible pouvait-il bien conclure son périple ? Ce fut au puits du Bret, foré lors du très long et très médiatique sauvetage des Vitarelles, fin 1999. Acheté depuis par le CDS 46, élargi pour permettre la remontée aux bloqueurs, il donne maintenant accès à l’amont de ce réseau, cher à Jean Taisne. L’Ouysse souterraine fut atteinte, vers -100..

Que nul ne s’étonne, qu’après ce pèlerinage aux sources, je signe : Spélaïon el Hadj.

Le trou des anciens s’approfondit lentement mais sûrement

Le Spéléo-club de Paris n’en démord pas. Malgré les tonnes de remplissage cryo-clastique qui, sans doute, restent à remonter du fond, le puits des Anciens (bois des Enseinges, commune de Francheville, Côte d’Or) n’a pas réussi à décourager l’équipe qui, dans la dernière semaine de juillet, a poursuivi la désobstruction de cette cavité. Avec ses quelque trente mètres de profondeur, elle est devenue un véritable gouffre. L’espoir de voir prochainement ce trou nous livrer un jour des galeries libres soutient le moral de la troupe. Une nouvelle sortie courant septembre est envisagée. Ont participé aux équipes de fond : Jacques Chabert, Patrick Morand, Louis Renouard, Daniel et Jasmine Teyssier, Stéphane Vigouroux. En surface, autour des servants du treuil, Eynard de Crécy et Hervé Paturel, se sont activés Sylvie Barbier, Philippe Annic, Agnès Solau, Hélène Février, Fabrizio et Fanny.

Le trou des Anciens est aussi un lieu de rencontre : sont venus notamment nous voir cet été Bernard, Maria et Loïc Le Bihan, Daniel Blanchard...

* A noter la visite des archéologues qui, sous la direction de Patrice

Beck, ont achevé les fouilles des Bordes Gaudot dans le bois de Cestres, commune de St Martin-le-Mont, à environ 2 km de notre camp. Cette année ils ont mis au jour le puits Gaillard qui alimentait le site au XIV e siècle.

L’été de josé

Notre camarade José Leroy a connu une saison estivale particulièrement chargée. Ce fut surtout la grotte des Chamois, ancien exutoire de la source du Coulomp, située dans le secteur d’Anot, entre Var et Verdon dans le département des Alpes de Haute- Provence. Cette cavité difficile d’accès nécessite une longue marche d’approche, délicate en certains endroits. Les galeries de grandes dimensions sur plusieurs étages sont défendues par trois siphons successifs qu’il faut pomper. Grâce aux expéditions internationales qui y sont organisées depuis plusieurs années, le développement dépasse maintenant les dix kilomètres.

José a ensuite eu l’occasion de faire une descente qui fait rêver beaucoup de spéléologues, celle du puits Lépineux dans le réseau de la Pierre Saint-Martin. On sait que cette sima de 320 mètres de profondeur, qui s’ouvre en Espagne, a joué un grand rôle dans l’histoire de la spéléologie. Le puits dont notre ami Michel Douat avait obtenu, à titre exceptionnel, l’ouverture, avait été équipé de quelque 35 amarrages et divisé en une vingtaine de fractionnements décalés pour éviter les chutes de pierres. Sortie par la lointaine salle de la Verna maintenant ouverte au public.

Un nouvel ouvrage d’Éric Gilli

JPEG - 8.5 ko
Éric GILLI, Karstologie. Karsts, grottes et sources, édit. Dunod, 2011, 244 pages.

Notre ami Éric Gilli, avec lequel nous avons mené des explorations en Turquie . notamment quelque 5 km de première dans la grotte de Tilkiler . enseigne la géologie depuis plusieurs années à l.Université Paris 8, Vincennes/St-Denis. À destination du grand public il a publié trois livres dans la célèbre collection Que sais-je ? Il vient de nous envoyer son dernier ouvrage qui s’adresse en premier lieu aux étudiants. Il intéressera aussi tous les spéléologues soucieux de comprendre la formation des paysages karstiques et des

grottes qu’ils explorent. Les nombreuses illustrations . topographies, schémas et croquis divers, photos dont un cahier de 15 clichés en couleurs . rendent la lecture aisée et attrayante. On pourra y réviser et actualiser bien des notions connues et en apprendre de nouvelles. Une lecture qu’on peut d’emblée recommander à tous. Signalons que des compléments sous la forme de vidéos sont proposés sur le site de l.éditeur. Nous espérons qu.Éric pourra venir nous voir prochainement à l’occasion de nos réunions-conférences mensuelles.

Le timbre du mois

JPEG - 11.5 ko

La grotte de Lombrives qui s’ouvre à Ussat-le-Bains (Ariège), à 16 km au sud de Foix, est une grande cavité aménagée pour le tourisme dont l’intérêt principal est préhistorique et historique. Elle a été habitée dès le Paléolithique et, au Moyen Age, a servi de refuge à des persécutés et à des brigands. Néanmoins les récits selon lesquels cinq cents cathares emmurés y auraient trouvé la mort en 1328 et des réfractaires au service militaire y auraient massacré quelque 146 soldats en 1802 .n’ont pas la solidité des monuments. pour reprendre la formule avancée par Pierre Minvielle. La grotte fait partie d’un réseau karstique incluant la célèbre grotte de Niaux et celle de Sabart. Le développement total annoncé varie de 12 km à... 39 km. Le Spéléo-club de Paris a participé à l’exploration du réseau, grâce notamment à Jean Mauvisseau, membre d’honneur de notre club. Timbre émis dans un .collector. Pyrénées 2011 comprenant également un timbre de Padirac différent de celui qui a affranchi la Lettre 286 (août 2010).