La lettre du Spéléo-Club de Paris

N°288 - Octobre 2010

Mardi 2 novembre 2010, par Spéléoclubdeparis // La lettre

Les rencontres d’octobre un succès qui ne se dément pas

La 20ème Rencontre d’Octobre s’est tenue comme prévu les 9 et 10 octobre à Labastide-Murat. La municipalité du village, que nous remercions de son accueil, avait mis à notre disposition la salle de réunion-spectacle de la mairie, un lieu parfaitement adapté pour notre manifestation. Merci également à Joël Trémoulet et Patricia Monniaux du Parc naturel régional des Causses du Quercy pour l’aide qu’ils nous ont apportée lors de la préparation.

Le succès de ces Rencontres ne se dément pas, cette 20ème édition ayant réuni quelque 70 participants. Sous la conduite avisée et sans cérémonie de Jean-Yves-Bigot, environ 25 communications ont été présentées, la plupart d’entre elles illustrant le thème privilégié choisi, les karsts de plateau. Nous en reparlerons plus longuement après la publication des actes de la rencontre.

Au cours de la soirée publique du samedi, devant une salle pleine, Jean-François Fabriol a présenté "Les Merveilles du monde souterrain quercynois", un diaporama réunissant les magnifiques photos que "Jef" avait prises spécialement pour cette occasion, ce qui l’avait amené au cours des semaines précédentes à faire près de 40 sorties souterraines, dont plusieurs dans des grottes découvertes très récemment.

JPEG - 34.5 ko

Dimanche après-midi, Thierry Pélissié nous fit une présentation à la fois sympathique, vivante et érudite de la phosphatière du Mas de Dégot, à Bach, voisine de celle du Cloup d’Aural, mais non aménagée pour la visite touristique. Les phosphatières sont un haut lieu du patrimoine lotois tant sur les plans géologique et paléontologique que sur celui de l’archéologie industrielle.

Les Journées Jacques et Brigitte Choppy

Ce 20ème anniversaire se devait de rendre hommage à Jacques Choppy, initiateur de ces Rencontres d’Octobre, et d’y associer son épouse Brigitte, une spéléologue discrète, mais dont l’action auprès de son mari fut essentielle. Leur fils Bernard a retracé la vie de ses parents au cours d’un émouvant exposé préparé avec ses sœurs Pascale et Anne qui n’avaient pas pu venir. Jean Taisne a raconté comment il avait rencontré pour la première fois Jacques qui allait devenir son beau-frère, puisqu’il épousa sa sœur Edith Choppy. Christophe Gauchon, du laboratoire Edytem, présenta le "fonds Jacques Choppy" de l’Université de Savoie à Chambéry, géré avec compétence par Agnès Darnoux. Ce legs de la bibliothèque de notre camarade fut un "élément déclencheur" pour la création de cet important fonds documentaire sur le karst.

Cantabriques : Poursuite des explorations dans la cueva fresca

La campagne 2010, menée du 16 au 25 avril, a débuté par une séance photo dans le puits Eole pour Daniel Chailloux, Baudouin Lismonde, Michel Bouthors et Donald Accorsi. Pendant ce temps, Philippe Cabrejas et Jacques Beilin sont retournés équiper la Sima Alpina et élargir encore quelques passages. Ceci fait, la traversée a pu être organisée pour l’équipe complète. Afin de limiter les temps d’attente, l’équipe a été scindée en trois, Philippe, Jacques, Michel et Daniel ouvrant la voie, José Leroy les suivant et enfin Baudouin et Donald. Une fois les puits de la Sima Alpina descendus, l’équipe de tête — chargée de 200 m de corde et du tout nouveau perfo du Spéléo-club de Paris — a parcouru la centaine de mètres de boyau. Après quelques passages un peu étroits, la descente de la rivière Tio Pepe est toujours très ludique. Lors de cette traversée, le but du jeu était de descendre le puits Eole plein pot. Les descentes s’enchaînent — Jacques, Philippe, Michel, Daniel, José, Donald et enfin Baudouin. Une bien jolie descente d’environ 155 m le long de la cascade, à l’étiage en ce mois d’avril. Une fois l’équipe rassemblée au pied du puits Eole, la progression s’est poursuivie tranquillement vers la sortie par les passages classiques : salle Rabelais, Cinquième Avenue, Araignée, Tracastin, Bloc 64...

D’après un communiqué de Jacques Beilin

Paul Brunel (1929-2010)

Nous avons appris avec tristesse la disparition de Paul Brunel, membre de la famille d’Eynard de Crécy, que nous avons rencontré plusieurs fois chez lui à Saint-Ismier près de Grenoble. Au début des années 50, cet hydrologue, un des inventeurs du gouffre Berger, avait participé en compagnie de Sami Karkabi à l’exploration de ce premier moins mille de la planète. Son fils Benoît a commencé, il y a une vingtaine d’années, la désobstruction du puits des Anciens avec Eynard.

De la slovénie au sarawak

Nous avons reçu des nouvelles de notre camarade suisse Pierre Strinati, membre d’honneur de notre club, qui poursuit ses recherches biospéologiques dans le monde entier. En juin 2010 ce voyageur impénitent nous a envoyé deux cartes postales de Sarawak ( "le timbre du mois" affranchissait l’une d’elles. Voir la rubrique). C’est "un lieu vraiment extraordinaire" nous a-t-il écrit du Parc national de Mulu.

Pierre a participé à la "20th International Conference on Subterranean Biology" qui s’est tenue à Postojna en Slovénie, du 29 août au 3 septembre 2010. Plus de 150 congressistes ont assisté à cette manifestation, ce qui représente une participation importante. « De plus en plus, nous précise Pierre, les études se rapportent à la faune souterraine cavernicole et aux micro-organismes, notamment aux bactéries. On ne s’occupe des chauves-souris que pour la présence de guano ! »

Il en a profité pour visiter quelques grottes classiques dont la Grotta Gigante (Trieste, Italie) où un nouveau cheminement pour les touristes a été créé récemment.

Un mémoire inédit de l’abbé paramelle publié par le spéléo-club de paris

JPEG - 36.5 ko

L’Abbé Jean-Baptiste Paramelle (1790-1875) est surtout connu pour son Art de découvrir les sources, publié en 1856. Cet ouvrage, qui eut un grand retentissement à son époque (huit éditions en France, auxquelles s’ajoutent une édition en espagnol et deux en allemand), est l’aboutissement de plus de trente ans d’études, de travaux et de recherches sur le terrain, dans toute la France. Ce que l’on sait moins c’est qu’en 1827 il en adressa une ébauche manuscrite au Conseil général du département du Lot afin d’obtenir une subvention pour mettre en pratique ses théories. L’original de ce Mémoire hydrologique et géologique sur le département du Lot, propriété de la Société des études du Lot, se trouve actuellement à la Bibliothèque municipale de Cahors. C’est grâce à la ténacité de notre camarade Jean Taisne que nous avons pu publier cet ouvrage méconnu qui apporte quelques éclaircissements nouveaux sur le parcours du célèbre " hydroscope ". Il constitue le n° 30 de la collection des Mémoires du Spéléo-club de Paris.

80 pages - Format 15 x 23, 15 (+ port 3 )

Le timbre du mois

JPEG - 78.9 ko

Le Parc national de Gunung Mulu, situé à Sarawak, un Etat de la Malaisie au nord-ouest de la grande île de Bornéo, est célèbre pour ses immenses cavernes. Deer Cave, représentée sur ce timbre, a longtemps été considérée comme renfermant la plus grande galerie du monde. On y connaît aussi Clearwater, la plus longue grotte de l’Asie du Sud-est avec ses 175 km, ce qui lui donne le 10e rang mondial. Dans la Gua Nasib Bagus, la "grotte de la chance", des spéléologues britanniques, dont l’actuel président de l’Union internationale de spéléologie, Andy Eavis, y ont découvert la plus grande salle souterraine du monde, la Sarawak Chamber (longueur 700 m, largeur 400 m, hauteur 70 m).

Avec l’aide précieuse de Jean Taisne, Daniel et Jasmine Teyssier et la collaboration de Eynard de Crécy(informations scientifiques), Nicolas Gibelin (Internet), Arnaud Guyot, Jacques Beilin, Pierre Strinati et Christian Thomas..