25 heures de la vire

5-6 juin 2010 à Bures-sur-Yvette

Lundi 20 septembre 2010, par Cécile Iribarnégaray, Guillaumuss // Stages, sorties, congrès

A l’initiative du Comité Départemental de Spéléologie de l’Essonne (CDS 91) et de sa figure emblématique Franck C., une réédition de la « Grande Vire » inaugurée le 14 juin 2009 s’est déroulée le week-end du 5-6 juin 2010 au viaduc des Fauvettes à Bures-sur-Yvette.

Accessible du samedi 12h au dimanche 13h (d’où le nom de « 25h de la vire »), c’est un parcours qui permet de traverser la moitié (7 arches) du viaduc des Fauvettes avec des passages sous les voûtes notamment par des vires, tyroliennes, descentes, remontées, pendules, etc…

Par un temps ensoleillé et chaud, plusieurs membres du Spéléo-club de Paris se sont retrouvés sur place et sont partis à l’assaut de la meulière en plusieurs vagues. D’après les organisateurs, son équipement (5h au total) nécessite 350 m de corde sur 130 broches et 100 spits... Et ils ne nous avaient pas menti puisque ce fut très technique et sportif, les longes avaient effectivement intérêt à être parfaitement réglées et pas trop longues, le casque obligatoire et la pédale amovible !

Au moins un parisien (indice chez vous : ****2) a prétexté l’oubli de son matériel pour éviter de mouiller le T-shirt (celui-ci par exemple, ou celui-là) et mieux nous regarder souffrir…

Heureusement, nous avions emporté nos gourdes… enfin je veux dire nos bouteilles d’eau ! Et la chaleur étouffante nous a fait apprécier les ravitaillements par les piétons qui nous observaient depuis le tablier du viaduc.

Plusieurs échappatoires permettent de s’arrêter en cours de route si besoin, et les plus résistants d’entre nous mettront tout de même environ 3 heures pour retrouver le plancher des vaches !

Cette manifestation très physique (ah la dernière vire sous voûte !) fut très bien organisée : un équipement très sérieux, un barbecue était même offert le samedi soir, et le camping possible dans la prairie...

A refaire l’année prochaine !

Profitons-en pour rappeler, à ceux qui doutent de l’intérêt d’adhérer, qu’il s’agissait ici d’une initiative de spéléos fédérés

Retrouvez ci-dessous quelques photos, notamment celles réalisées avec un téléobjectif de-la-muerta digne des plus grands paparazzi (merci Stéphane D. !)