La lettre du Spéléo-Club de Paris

N°284 - Avril 2010

Mardi 6 avril 2010, par Spéléoclubdeparis // La lettre

Anguilla

Notre camarade Pierre Strinati, membre d’honneur de notre club et grand voyageur, poursuit ses périples biospéologiques dans le monde. Il a suivi l’exemple de Jacques Choppy et de Daniel Dairou (voir son article dans Grottes & Gouffres, 158, décembre 2002) en allant à Anguilla, une île des Petites Antilles britanniques. Il a pu visiter deux cavités, Cavanaugh Cave et la plus grande grotte de l’île, Katouche Cave, où il a observé la faune actuelle, chauves-souris et invertébrés. Dans cette dernière caverne, il a pu voir en place, inclus dans la roche, des ossements d’un rongeur géant Amblyrhiza inundata, un animal qui pouvait atteindre 1,60 m, une taille supérieure à celle du cabiai, le plus gros rongeur vivant. Mais la Fountain Cavern, qu’avait vue Daniel lors de sa circumnavigation, est désormais fermée par une grille que seuls les chauves-souris, les archéologues — désirant y étudier les peintures
—  et quelques rares privilégiés parviennent à franchir.

Précisions de notre centenaire

Alexandre Vitkine vient d’être nommé membre d’honneur de notre club, comme l’annonçait la Lettre de mars. Né à Berlin le 1er mars 1910, cet alerte centenaire regrette que ses pertes d’équilibre ne lui permettent plus de pratiquer la spéléologie. On se souvient qu’en 2001, il nous avait accompagnés lors de la visite de la carrière de la Brasserie de Sèvres qui, sans être particulièrement acrobatique, nécessitait néanmoins une certaine souplesse. Alexandre Vitkine qui nous a téléphoné a tenu à préciser que, contrairement à ce que nous avons écrit d’après des informations erronées, son casque n’était pas en cuir bouilli. Mis en garde par Robert de Joly contre l’usage des casques métalliques, Alexandre Vitkine s’était fait confectionner dans une usine textile un casque dont la partie cylindrique, de 4 cm d’épaisseur, était en feutre "quinoné". Un modèle certainement unique qui ne devrait pas manquer d’intéresser Michel Letrône qui, sous l’égide de la Fédération française de spéléologie, recense tout le matériel ancien.

Le spéléo-club de paris prépare activement la 20e rencontre d’octobre

Jacques Chabert et Jean Taisne se sont rendus fin mars dans le Lot afin d’aider à la préparation de la prochaine Rencontre d’Octobre. Rappelons qu’il s’agira de la 20e édition de cette réunion qui rassemble chaque année explorateurs souterrains et chercheurs scientifiques travaillant essentiellement dans le domaine de la spéléologie physique et de la karstologie. Le thème de la rencontre sera "les karsts de plateau", un thème au spectre assez vaste. Cette Rencontre sera également les Journées Choppy en hommage à Jacques Choppy, initiateur de cette manifestation, et à Brigitte, sa femme qui fut toujours pour lui une collaboratrice discrète et efficace.

La 20e Rencontre d’Octobre se tiendra les 9 et 10 octobre dans le beau village de Labastide-Murat (Lot), dans une salle de la mairie mise gracieusement à notre disposition. Sur place, notre camarade Arnaud Guyot a déjà fait un excellent travail en prenant de nombreux contacts notamment lors de récentes réunions spéléologiques lotoises. Le vendredi 26 mars, nous avons rencontré Joël Trémoulet du Parc naturel régional des Causses du Quercy et Jean-Luc Obereiner, président du Comité scientifique du parc.

Nous avons également pris contact avec des spéléologues lotois. Notre ami Jean-François Fabriol, de retour de Chine où il a visité de nombreuses et magnifiques grottes, prend en charge la préparation de la séance publique du samedi 9 octobre avec un diaporama sur Padirac.

Le dimanche 10 octobre, Thierry Pélissié, avec l’aide des membres de l’association qu’il préside, fera visiter aux participants de la rencontre un phénomène karstique et archéologique rare, les phosphatières du Quercy, le Cloup d’Aural et/ou la phosphatière du Mas de Dégot sur laquelle les travaux d’étude se poursuivent actuellement. Nous avons également eu un entretien téléphonique amical avec Guy Bariviéra, président du Comité départemental de spéléologie du Lot (CDS 46), que nous n’avons malheureusement pas pu rencontrer.

Courte visite du karst lotois

JPEG - 157.8 ko
Le prieuré de Laramière et sa perte

Durant leur bref séjour dans le Lot, Jean et Jacques ont vu quelques sites karstiques très intéressants : - La perte de Laramière (commune de Laramière) dans son cadre spectaculaire. Jean la voyait pour la première fois en eau. Les circonstances n’incitaient guère à poursuivre la visite plus avant... - l’igue du Facteur, une ancienne phosphatière proche de la grotte de Bellevue (commune de Marcilhac-sur-Célé). D’après Roger Perrier, un spéléologue de Livernon, commune proche d’Assier, cette belle cavité a malheureusement été vandalisée. - Gouffre de l’Oule et gouffre de Lantouy (commune de St Jean de Laur). Le gouffre de l’Oule est un regard sur le système de Lantouy, mais la jonction n’a pas été faite. L’amont a été remonté en 1996 sur 4110 mètres par le plongeur britannique Rick Stanton qui a franchi 7 siphons avec arrêt sur S8.

Le timbre du mois

JPEG - 251.8 ko

Ce timbre néerlandais a été conçu et réalisé par Eef Smitshuysen en novembre 2009 en cadeau d’anniversaire à notre ami Jan Paul van der Pas. C’est un timbre personnalisé, tiré à 30 exemplaires, d’une valeur faciale de 0,44 valable pour l’affranchissement d’une lettre ordinaire aux Pays-Bas. On peut y lire "Speleophilately International", la revue qu’édite Jan Paul et qui, avec le n° 85, vient de retrouver son nom initial, The Speleo Stamp Collector. On y voit des concrétions de la grotte d’Aggertal, près de Engelskirchen, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Dusseldorf (Allemagne).