Meuse 06 et 07 mars 2010

Vendredi 2 avril 2010, par Audrey Beauduc, Cécile Iribarnégaray, Florent Lauthier, Grenouille, Guillaumuss, Nicolas Aymard, Pascale Vivancos, Sabrina Mazon // Sorties

Meuse, le retour de la revanche, épisode 2.

par Grenouille :

Sur l’invitation du sergent Stéphane, le SCP investit la Meuse, le gite de l’Isle en Rigault, tip-top pro-spéléo : Maison Lorraine de la Spéléologie (MLS).

Les nombreux spéléos (presque 20) investissent le gite fort agréable et bien pensé. Comme à l’habitude, les convives arrivent au compte goutte, heureux de se retrouver sur le terrain des nos futures joies spéléotes. Après une (courte) nuit de repos, le petit déjeuner vite pris, les topos se montrent et les groupes se forment pendant que d’invisibles mains composent kits de cordes et kits de miam (et oui, même en spéléo, "les mains" permettent au monde de tourner rond, d’avoir un repas digne de grands chefs, et font en sorte que le fond du gouffre soit atteignable avec des cordes !!). Je me retrouve dans le groupe du "rupt du puits" (composé de Laurent, Nicolas, Véronique, Philippe, Cécile et moi), gentille rivière au clair de voûte où, comme Coluche avec son histoire de pêche à la grenouille, nous nous retrouvons avec de l’eau à mi-cuisse (ouf, un peu plus et ça devenait risqué !!). On descend un puits artificiel métallique puis minéral qui n’en finit pas avant d’atterrir sur une petite échelle. Commence alors une jolie rivière que notre petit groupe suivra vers l’amont. Après une sympathique séance d’aquagym dans une eau fraîche, sous le plateau meusien, nous passons quelques marmites dont certains ressortiront un peu humides. Les circonvolutions de ce réseau restent magnifiques, tout comme cette vire un peu glissante, et ces Bilborupts (échelle de crue à bouchons) servant a mesurer les variations de niveau d’eau. Le samedi soir sera un grand soir : celui d’un repas de fête. En effet, les "miam-organisateurs" nous feront la joie de proposer au menu fondue bourguignonne et fondue savoyarde de grande qualité. Prenez une bande de joyeux lurons autour d’une table où trône de l’huile bouillante, de fromage en fusion. Je vous laisse imaginer ce mélange de goûts, de pics à fondue échangés par prestidigitation...

Dimanche, après une brève digestion, une nouvelle préparation vers l’aventure conduit nos convives vers d’abyssales aventures (on reste dans la Meuse quand, même, restons sérieux !!). J’intègre le groupe d’exploration du "réseau de la Sonnette" (Stéphane, Nicolas, Claudia, Isabelle, Cécile, Florent, Guillaume et moi). Le cadenas d’entrée de la carrière de la Savonnières-en-Perthois ouvert, une douce jubilation m’envahit (ceux qui me connaissent me comprendront, voire me pardonneront cette joie intense !). La galerie principale parcourue (celle qui suit les mouvements rectilignes du serpent en action), nous arrivons à l’entrée du réseau (j’allais attendre dans cette "nocturne cavité" l’arrivée d’une partie du groupe partie du gîte sans ses bottes, au son du plic - ploc de l’eau ruisselante, siestant quelque peu à la lueur de ma lampe à carbure, chancelante et chaleureuse à souhait !!). Une courte séance de reptation conduit sur un magnifique puits calcaire en spirale suivi de ressauts. Un plat de nouilles aux olives viendra ponctuer cette superbe descente avant la remontée à la surface où sous l’œil vigilant d’anciens, de nouveaux "déséquipeurs" feront leurs armes.

Avant que la troupe se disperse au soir de ce dimanche, nous assisterons à la traditionnelle séance de nettoyage de gîte et de matériel à la nuit tombante (éternelle répétition d’un opéra spéléo). Encore une belle sortie sous l’égide de notre sergent.

Le point de vue d’un déjà venu, par Guillaumuss.

Samedi, un groupe (Claudia, Audrey, Christophe, Stéphane D, Florent et Guillaume) est allé visité le gouffre des Cascades, dans le bois communal de Lisle-en-Rigault.

Outre l’étroitesse des lieux, c’était boueux comme pas permis ! C’est bien simple, à la sortie, on ne distinguait plus les couleurs de nos équipements ! Moi qui, à mes débuts en spéléo, brillait de mille feux avec mon matériel flambant neuf, je dois bien avouer qu’une époque est révolue : voici désormais le coté obscur de la farce ! Pardon, de la force...

Durant "Lisle-en-Rigault, acte I", rappelez-vous nous avions innové avec du champagne ! Et bien, mes chers amis, Innovation est désormais Tradition dans la Meuse : pour cet acte II, nous avons fait encore très fort !

La température, fraîche, a donné des idées aux premiers ressortis du trou : un petit FEU bien agréable pour attendre les derniers du groupe !

Oh certes, c’était un petit feu, modeste, de bois, qui aurait fait pouffer notre lieutenant préféré (s’il nous lit toujours ?), qui lui en mate des biens plus gros... Mais ce petit feu nous a fait chaud au coeur... et surtout au corps ! Comparativement, une dudule en inox pour se réchauffer, c’est de la zoubida (Copyrights Grenouille © 2007-2010)

Et cerise sur le gâteau, Christophe (pour marquer des points, toujours dans les bons coups celui-là !) est allé cherché dans sa voiture des Chamallows, que certains affectionnent tout particulièrement en brochette sur notre barbecue improvisé !

Mon petit doigt m’a dit que le paquet entamé était un reste du voyage Aller (Désolé, petit doigt, tu n’as donc pas pu en profiter au voyage Retour !!)

Repos ! Vous pouvez disposer ! Et bonjour chez vous :)